Suivre Eutelsat

CMR-15 : Eutelsat Communications mobilisé pour préserver la bande C

Actualité   •   nov 10, 2015 17:40 CET

Paris, le 10 novembre 2015 – Après l’ouverture de la Conférence Mondiale des Radiocommunications à Genève la semaine dernière, l’industrie satellitaire poursuit sa mobilisation pour défendre les usages clés liés à ce spectre. Eutelsat Communications (NYSE Euronext Paris : ETL) réaffirme dans ce contexte son implication dans un débat crucial pour l’industrie satellitaire et ses utilisateurs.

L’utilité fondamentale du spectre satellite de la bande C pour tous et pour chacun

Première des bandes satellite à avoir été déployées, la bande C est incontestablement reconnue pour sa fiabilité en toutes circonstances et sa résilience en cas de conditions météorologiques extrêmes. Il est indiscutable qu’elle représente un facteur de développement économique et social pour de nombreuses populations, notamment dans les zones équatoriales situées en Afrique, Asie et Amérique latine et centrale.

Les applications et services s’appuyant sur la bande C sont nombreux et variés : trafic et sécurité aériens, communications des forces de police et de sécurité, contrôle des frontières, services publics et e-services (télémédecine, éducation et services administratifs à distance…) et usages gouvernementaux stratégiques. Certaines activités économiques telles que les échanges interbancaires et les industries gazière et minière s’appuient largement sur la bande C. Elle permet par ailleurs la diffusion de chaînes télévisées et le déploiement de services Internet partout dans le monde, participant ainsi à la réduction de la fracture numérique, sans oublier son rôle de complément de couverture pour les réseaux de téléphonie mobile dans les zones rurales.

Par ailleurs, le spectre de bande C est absolument vital pour les ONG, car il leur permet d’apporter une aide immédiate aux populations en détresse lors de crises humanitaires ou de catastrophes naturelles. Lorsque les réseaux terrestres sont hors d’usage, la bande C est cruciale dans le rétablissement des signaux de communication nécessaires pour assurer rapidement la coordination des prises de décision et des actions.

La réallocation de fréquences de la bande C est un des enjeux des négociations tenues à la CMR-15, qui doivent permettre de déterminer si la demande de l’industrie mobile, qui réclame une partie de ces fréquences pour répondre à la croissance mondiale des communications mobiles, est légitime ou non.

Le secteur satellitaire mobilisé lors de la CMR-15

La préservation de la bande C en faveur du secteur satellite afin de maintenir le bon fonctionnement des services qui en découlent a fait l’objet de nombreux échanges dans le cadre d’une série de rendez-vous de préparations à la CMR-15, qui se sont déroulés cet été en Asie, Afrique, sur le continent américain, dans les pays arabes et dans la zone des RCC (Regional Commonwealth in the field of Communications). Toutes les parties prenantes ont reconnu l’importance des enjeux et ont insisté sur la nécessité de prendre en considération les spécificités régionales et locales lors des décisions à venir. Il a été recommandé de ne pas étendre les positions nord-américaines et européennes à l’ensemble du globe.

L’industrie satellitaire, y compris Eutelsat, partage cette position, qui s’ancre dans de nombreuses études prouvant l’impossibilité technique de partager les fréquences de la bande C. L’introduction de signaux mobiles au sein de ce spectre brouillerait fortement les signaux satellites existants. Ce qui est, à date, présenté comme un partage avec l’industrie mobile reviendrait en réalité à une exclusion des signaux satellite de la bande C, ce qui aurait pour conséquence d’interrompre purement et simplement les services et applications transitant aujourd’hui par la bande C.

Contrairement à certaines allégations, les services en bande C ne pourraient pas être transférés sur des bandes satellitaires plus élevées, dans la mesure où ces bandes ne présentent pas les mêmes caractéristiques physiques et que des coûts excessifs liés à un changement d’équipement incomberaient aux utilisateurs. L’industrie satellitaire et Eutelsat soulignent, d’autre part, le fait qu’actuellement, moins de 50% du spectre de fréquences attribué par l’ITU aux opérateurs de téléphonie mobile fait l’objet de licences et est réellement utilisé par ces derniers.

Ce débat stratégique est l’un des points les plus saillants de l’agenda de la CMR-15, qui se tient actuellement à Genève et rassemble gouvernements, régulateurs, et parties prenantes des industries satellitaire, mobile et audiovisuelle.

L’industrie satellitaire s’exprime déjà depuis de longs mois sur le sujet et n’a eu de cesse de publier des informations et des données alertant sur les risques d’un partage du spectre de bande C, tout en encourageant toutes les parties prenantes à agir en connaissance de cause et à placer l’intérêt général au premier plan de leurs discussions.

  • Pour plus d’information relative à ce sujet :

-Satellite Spectrum Initiative :

http://satellite-spectrum-initiative.com/files/Final%20design%20-%20C%20Band%5B1%5D.pdf

http://satellite-spectrum-initiative.com/files/C-band%20Protection%20White%20Paper%20FINAL.pdf

-Global Vsat Forum :

https://gvf.org/index.php/all-you-need-to-know-about-c-band-satcoms

http://www.icontact-archive.com/YaDOh0pPV3BYaZ1ULmguJ7qrd1fM_AVg?w=3

L’essor de l’Afrique au cœur des négociations

Michel de Rosen, Président-Directeur Général d’Eutelsat Communications, a pris part aux échanges en cours à Genève la semaine dernière à ce propos et a réaffirmé la position d’Eutelsat, sans manquer d’apporter un éclairage particulier sur la situation unique de l’Afrique.

Après sa visite à la CMR-15 à Genève, Michel de Rosen s’est exprimé : « Mes échanges avec Abdoulkarim Soumaila de l’Union Africaine des Télécommunications et Daniel Obam, le Président du groupe Afrique ont confirmé que tous les gouvernements africains considèrent ce sujet comme éminemment stratégique pour assurer l’avenir de leurs pays. Les fréquences satellite en bande C constituent des atouts essentiels à la croissance et au développement du continent tout entier. A propos de l’allocation du spectre de la bande C, ce qui est positif pour l’Europe ne l’est pas nécessairement pour l’Afrique. »

Les représentants d’Eutelsat Communications, dont Michel de Rosen (3ème en partant de la gauche), entourés des délégués du groupe Afrique et de l’Union Africaine des Télécommunications

Eutelsat Communications et l’industrie satellitaire demeureront impliqués dans l’évolution du débat jusqu’au terme de la Conférence Mondiale des Radiocommunications, qui doit présenter ses conclusions le 27 novembre.

               

Pièces jointes

Document PDF